-->

28 juin 2018

Mad de Chloé Esposito

Couverture Mad


Mad de Chloé Esposito


Parution le 14 juin 2018
Editions Fleuve Noir
480 pages

°°°
Alvie est une catastrophe ambulante sans avenir, virée de son boulot et même de son appartement par ses colocataires. Tout le contraire de sa sœur jumelle, Beth, qui réside dans une somptueuse villa de Taormine en Sicile avec son mari, un superbe Italien, et son adorable petit garçon. De quoi lui donner des envies de meurtre ! Alors, quand Alvie reçoit un appel de sa sœur qui lui propose un vol en première classe pour la rejoindre, elle ne saute pas immédiatement de joie… avant de céder à l'appel du luxe et du soleil. Mais la gentillesse n’est pas gratuite : Beth lui demande de se faire passer pour elle le temps d’un après-midi. Cet échange d’identité va se révéler la première étape d’un tourbillon diabolique et irrésistible ! Entre faux-semblants et rebondissements, Alvie se découvre de nouvelles passions peu ordinaires et apprendra que la vie de rêve peut parfois avoir un goût de… sang.


°°°
Ce que j'en pense


Que l'on aime ou pas cette lecture, Mad est un roman qui saura marquer les esprits.
Je remercie Lucile et les éditions 12-21 pour leur confiance.

Avec sa couverture rafraîchissante, on ne s'attend pas en ouvrant Mad à découvrir une anti héroïne. Et pourtant... Alvina est une Marginale avec un M majuscule.
Partout où elle passe ça trépasse. Au sens propre comme au figuré. Son langage et ses pensées n'aurait rien à envier au meilleur des charretiers.
Quand elle va perdre son boulot suite à l'envoi d'un «malencontreux» tweet et que ses colocataires qui vivent de fumette et d'absence d'intelligence vont la mettre à la rue elle et sa valise, Alvina va être contrainte d'accepter l'invitation Beth.

Beth c'est sa sœur jumelle qui est l'opposée d'Alvina. Elle mène la belle vie en Sicile où elle a élue domicile avec son magnifique mari et son mignon petit garçon. Tout le contraire d'Alvina qui vomirait bien sur tant de belles choses. A défaut de pouvoir le faire, elle va enfin accepter les (trop) nombreuses sollicitations de sa sœur et venir lui rendre une petite visite en Sicile. Après tout, plus rien ne la retient.

Alvina ne va pas mettre longtemps avant de s'appliquer à faire ce qu'elle sait faire de mieux : semer le chaos. Elle ne se doutait pas qu'échanger son identité avec celle de sa sœur allait l'emporter dans un imbroglio de situations dans lequelle elle seule est capable de s'épanouir.

Mad est un roman à double tranchant. Qu'on l'ai aimé ou pas, dans les deux cas, il ne laisse pas indifférent. J'ai été surprise lorsque j'ai fait la rencontre d'Alvie et de ses petits travers. Ce n'est pas tous les jours que l'on fait la rencontre d'un personnage comme le sien. Le moins que l'on puisse dire c'est que Chloé Desposito a taillé son anti héroïne au couteau.

Je ne peux rien reprocher à Mad qui est vraiment bien écrit malgré la très riche variété de mots orduriers. Je n'ai juste pas réussi à apprécier ma lecture totalement déjantée qui aurait toute sa place sur grand écran. Les répliques seraient à n'en pas douter savoureuses ! Mad ne sera pas mon page-turner du mois mais peut-être le vôtre qui sait...


Extrait du livre et notation
"Je m'extirpe péniblement du lit et pose le pied en plein sur ma pizza d'hier, dont je n'ai mangé que la moitié avant de m'écrouler vers quatre heures du matin. Me voilà avec de la sauce tomate partout sur le pied et une rondelle de salami entre les orteils. Je la prends et l'enfourne dans bouche avant d'essuyer la sauce avec une chaussette. Puis je m'habille avec ce que je trouve par terre ; une jupe en nylon ne nécessitant aucun repassage et un tee-shirt en coton qui en aurait eu besoin. Je me regarde dans le miroir et fronce les sourcils. Pas génial. Je me frotte les yeux pour effacer le mascara qui a coulé, j'ajoute une touche de rouge à lèvres prune, coiffe mes cheveux gras avec mes doigts. Çà suffira bien; je suis en retard. Encore une fois. Je pars au travail. Je relève le courrier à la porte et je l'ouvre tout en marchant, une Malboro au bec. Des factures, des factures, des factures, une carte d'une entreprise de VTC, une broche pour des pizzas à emporter. " DERNIER APPEL", "AVIS D'HUISSIER","RÈGLEMENT EN URGENCE". Toujours le même refrain. Taylor Swift n'a pas à s'emmerder avec ça, elle. Je fourre les lettres dans les mains d'un sans-abri posté près de la bouche métro : maintenant, ce n'est plus mon problème.  "

 5

4 commentaires:

  1. Pas sûr que je craque du coup ... :/

    RépondreSupprimer
  2. Depuis que j'ai vu passé ce livre sur instagram, mais il me fait carrément envie ! Ta chronique confirme mon envie de le lire :D Il a l'air vraiment chouette, merci pour la chronique !

    RépondreSupprimer
  3. J'ai hésité à le prendre, à vrai dire, je pense attendre sa sortie poche

    RépondreSupprimer
  4. Pour moi ça ne l'a pas fait ce roman ... ^^

    RépondreSupprimer