-->

22 septembre 2016

Dites aux loups que je suis chez moi de Carol Rifka Brunt

Couverture 96, tome 1 :  La sixième corde




Nous sommes au milieu des années 1980, aux États-Unis. June est une adolescente taciturne, écrasée par une sœur aînée histrionique et des parents aussi absents qu'ennuyeux. Depuis sa banlieue triste du New Jersey, elle rêve d'art et de son oncle Finn, un peintre new-yorkais reconnu. Mais Finn est très affaibli et meurt bientôt de cette maladie qu'on n'évoque qu'à demi-mot, le sida. Inconsolable, la jeune fille se lie d'amitié avec un homme étrange, Toby, qui se présente comme l'ami de Finn. Confrontée à l'incompréhension de son entourage, et à la réalité d'une maladie encore honteuse, June va brusquement basculer dans le monde des adultes et son hypocrisie.





  • Dites aux loups que je suis chez moi de Carol Rifka Brunt
  • Parution en juin 2016
  • Edition 10/18
  • 504 pages
     
Avis de Marine

Il y a des livres sur lesquels on ne s'arrêterait pas spontanément. Il nous faut parfois un petit coup de pouce du destin pour partir à leur découverte. Ce petit coup de pouce s'appelle Fiona du blog Pretty Books.
Sans elle, je n'aurais certainement jamais lu Dites aux loups que je suis chez moi et je serais passée à côté d'un roman magnifique.

Dites aux loups que je suis chez moi est le premier roman de Carol Rifka Brunt. Elle a choisi de parler d'un sujet encore tabou dans notre pays et trop rarement traité dans la littérature: le sida.

C'est à travers le regard d'une jeune adolescente prénommée June que Carol Rifka Brunt a écrit ce roman d'apprentissage rempli d'émotions.

En 1986, le sida commence à faire parler de lui et à effrayer les populations. L'inconnu fait peur et à tendance à faire ressortir ce qu'il y a de plus mauvais chez les gens.

June a quatorze ans. Elle vit avec sa sœur de deux ans son aînée et ses parents dans une petite ville près de New-York. Quand elle ne part pas se réfugier dans les bois en s’imaginant vivre à l'époque du moyen-âge, période qui la passionne, elle passe autant de temps que possible avec son oncle Finn, de qui elle est secrètement amoureuse.

Finn habite un bel appartement New-yorkais. Jude ne s'en doute pas mais c'est un peintre de renom. D'ailleurs depuis quelques semaines, il passe ses dimanche après-midi à peindre un tableau de June et de sa sœur, assis dans son fauteuil confortable qui accueille son corps frêle et malade. Finn a le sida. La maladie va l'emporter loin de June et de ceux qui l'aime.

La jeune adolescente ne comprends pas le mystère qui entoure la vie de son oncle. Jusqu'à ce qu'elle rencontre Toby. June va voiler son regard d'enfant pour qu'elle puisse voir la vie avec des yeux d'adultes.
Toby et June vont s'apprivoiser, se soutenir, s'aimer même. On va découvrir les multiples facettes de l'amour.

June va apprendre que les loups qui rôdent dans les bois ne sont pas les plus méchants. La peur est un sentiment difficile à contrôler. Elle fait parfois faire des choses regrettables.

Dites aux loups que je suis chez moi est un roman qui m'a bouleversée. Ici il n'y a pas de rebondissements en série ni de suspens soutenu. Dès le départ les dès sont jetés et comme June on doit apprendre à vivre avec. On doit apprivoiser l'inconnu et apprendre à l'aimer.
Je me suis énormément attachée aux personnages de June, de Tobby et de Finn. Leur histoire m'a touchée en plein cœur. J'ai de nombreuses fois eu envie, besoin, d'être là pour eux, de leur parler, de les écouter... Les pages de leur histoire se sont tournées beaucoup trop vite. Je ne voulais pas les quitter.
Même si ma lecture est terminée depuis plusieurs jours, je ne cesse de penser à eux avec émotion.

Dites aux loups que je suis chez moi est un roman qui me marquera encore longtemps. Plus qu'un roman, c'est un récit de vie qui doit faire écho dans l'esprit de nombreuses personnes oubliées par la société.

L'écriture douce et poignante de Carol Rifka Brunt m'a fait ressentir des émotions très fortes. Son premier roman est un véritable coup de cœur. Un coup au cœur aussi. Je ne sais pas ce que nous réserve son prochain roman mais je suis impatiente de le découvrir.

Extrait du livre  
"J'ai regardé par la fenêtre tout le reste du trajet. Un immeuble, un arbre, une voiture, une autre voiture, un van, un mur, un parking vide, un van. Je me concentrait, essayant de trouver un motif qui se répétait. En me disant que si je croyais avec assez d'insistance, les morceaux du monde se rassembleraient peut-être pour former quelque chose que j'arriverais à comprendre."
  
Note de Marine
 5

12 commentaires:

  1. On ressent une telle émotion en lisant ta critique que ce livre ne peut que nous interpeller. Je te souhaite de garder la magie des émotions encore quelques jours pour profiter un peu de ces personnages qui semblent hors du commun.
    A très vite.
    Coline Nelson.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente d'avoir réussie à faire transparaître mes émotions dans ma critique.
      Si tu as l'occasion de le lire, je serais vraiment intéressée par ton avis.

      Supprimer
  2. Il m'attend dans ma liseuse. J'espère que je l'aimerai autant que toi.

    RépondreSupprimer
  3. C'est un roman qui ne me tente pas trop trop car je ne sais pas il ne m'attire pas. Pourtant, ta chronique et celle de Carnet Parisien me donne envie de passer outre mon ressenti et de faire une découverte!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est tellement beau,touchant et quelque part original par son sujet. Je t'encourage à le lire si tu en as l'occasion. Il te plaira peut-être.

      Supprimer
  4. Tu me donnes très envie de le découvrir ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en suis contente. Il est tellement beau!

      Supprimer
  5. Elle est très belle ta chronique ❤️
    On comprend bien les émotions que tu as pu ressentir !
    Je l'ai dans ma PAL car, moi aussi, j'ai Pretty Books qui m'avait donné envie à sa sortie grand format. J'ai hâte de le découvrir et j'espère aimer tout autant que toi ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente d'avoir réussir à écrire mes émotions.
      J'espère aussi que tu l'apprécieras.

      Supprimer
  6. j'aurais voulu l'aimer ce bouquin, mais quelque chose n'est vraiment pas passé avec moi :'(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mince alors. Tu sais ce qui a bloqué ?

      Supprimer