-->

12 septembre 2016

Chantage à l'Elysée, tome 1 de Elvire de Tomi

Couverture 96, tome 1 :  La sixième corde









Imaginez un Président de la République doté d'un charisme exceptionnel, d'une sensualité envoûtante et d'un dynamisme à toute épreuve. Celui-ci serait secondé par une jeune attachée de presse, sérieuse et ambitieuse, aussi jolie que compétente... Ajoutez un groupe de terroristes extrêmement dangereux, déterminés et assoiffés de vengeance, prêts à tout pour imposer leur nouveau parti radical et accéder au pouvoir.
Qu'arriverait-il s'ils passaient à l'acte et organisaient l'attaque et l'enlèvement du président et de son assistante, afin de les soumettre à un odieux chantage ? A l'heure d'Internet où la réputation d'un homme public peut être brisée en quelques clics, quoi de plus fatal qu'un scandale sexuel ? Or notre président au comportement héroïque pourrait bien leur tenir tête... avant de la perdre pour sa jeune collaboratrice !





  • Chantage à l'Elysée -tome 1- de Elvire de Tomi
  • Parution en août 2015
  • Edition La Bruyère
  • 412 pages
     
Avis de Marine

Chantage à l’Élysée est un roman à l’histoire originale et au sujet d'actualité.

Léa Valentino est la jeune attachée de presse du Président de la République française, Stanislas Dumas. Aimé par les citoyens français, Stanislas a toute confiance en Léa qui lui prépare ses discours et communiqués.

Si la jeune femme est célibataire et est toute dévouée à son travail, Stanislas est un ancien coureur de jupons qui est marié avec une actrice du nom de Charlotte. La relation strictement professionnelle qui lie le Président et son attachée de presse va prendre une tournure bien plus profonde quand des terroristes vont attaquer le véhicule présidentiel et kidnapper le duo.

À partir de là, les événements s’enchaînent, le ballet des personnages se complexifie , la descente aux enfers commencent pour Léa et Stanislas.

Si l'histoire avait tout pour plaire, elle s'est très vite dégradée. Le sujet du terrorisme colle à l'actualité et fait froid dans le dos mais la mise en scène des événements et des personnages m'a semblé totalement fausse et invraisemblable par moment.

Les passages consacrés au terrorisme, à l'enquête, sont rondement menés mais malheureusement la romance vient balayer tout ça. La relation entre les personnages est bien trop mielleuse pour sonner vraie.

Si l'histoire souffre de sentimentalisme lié à une romance trop sirupeuse à mon goût, Chantage à L’Élysée a réussit à me tenir en haleine avec ce petit côté thriller qui fait froid dans le dos tellement le parallèle avec l'actualité de notre pays est proche de ce que nous vivons ou pourrions vivre.

Ce premier roman d'Elvire de Tomi ne m'a pas convaincu mais il n'est pas désagréable à lire. De la profondeur dans les sentiments exprimés et des personnages plus creusés m'auraient certainement mieux fait apprécier ma lecture.

Extrait du livre  

" Non ! Je vous en prie, ne faites pas ça ! le supplia-t-elle, le cœur battant. Vous allez vous compromettre à cause de moi !
- Il le faut Léa, insista-t-il. Je veux juste t'éviter le pire, tu comprends ? Ta vie vaut bien plus que ma réputation...
Elle lut la détermination dans ses yeux : il allait le faire pour la sauver. Et à choisir, il valait encore mieux que ce soit lui plutôt que l'un de ces junkies.
Elle déglutit et lui fit oui de la tête en plantant son regard dans le sien, tandis que les larmes séchaient sur ses joues"
  
Note de Marine
 5

6 commentaires:

  1. Je suis d'accord avec toi sur les points négatifs que tu as relevé. Mais personnellement, j'ai pas mal accroché et le tome 2 est plaisant aussi :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'auteur m'a proposé de lire la suite mais j'ai décliné sa proposition. J'ai bien peur de ne pas apprécier.

      Supprimer
  2. Je ne sais pas s'il me tente, ce n'est pas vraiment mon genre... A voir ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne pense pas qu'il te plairait si j'en crois tes lectures :)

      Supprimer
  3. Le thème pourrait me plaire mais les points négatifs que tu cites me poussent à ne pas le lire.

    RépondreSupprimer