-->

21 juin 2016

Gangsterland de Tod Goldberg






    
"Liquider des agents du FBI est le meilleur moyen de s'attirer des emmerdes." Tueur à la solde de la mafia de Chicago, le très professionnel Sal Cupertine aurait dû faire graver cette devise sur la crosse de son 9 mm. A présent, il est un peu tard : il en a abattu trois. Eu égard à ses états de service, ses employeurs décident cependant de lui laisser une seconde chance. Transféré dans un camion réfrigéré, notre tueur est savamment exfiltré vers le Nevada. Quelques opérations chirurgicales plus tard, Sal Cupertine n'existe officiellement plus : il a laissé la place au rabbin David Cohen, officiant à Las Vegas au sein de la très respectable synagogue Beth Israel. Nouvelle identité, nouvelle vie. Désormais capable de citer des passages entiers de la Torah, l'ancien tueur ne tarde pas à se prendre au jeu. Mais ses employeurs, qui utilisent le cimetière voisin pour leurs petites magouilles, n'en ont pas fini avec lui, et le FBI n'est pas en reste : l'agent Jeff Hopper, en effet, a juré de venger la mort de ses trois collègues. Bandit d'un côté, homme de Dieu de l'autre, Sal ne va pas s'en tirer si facilement !"


                 
  • Gangsterland de Tod Goldberg
  • Parution en Mai 2016
  • Editions Super 8
  • 464 pages
     
Avis de Marine

Je remercie Babelio et les éditions Super 8 de m'avoir fait découvrir ce roman qui dépote !

 Sal Cupertine est un mari aimant et un père attentionné. Il est tueur à gage pour La famille ( organisation mafieuse). Il est connu pour ne laisser aucune trace de son passage sauf une pile de cadavres. 

Mais ça c'était avant qu'e Sal lâche prise et qu'il descende des agents du FBI.

 Cette erreur de parcours aurait due lui coûter la vie mais les hauts membres de La famille décide de l'épargner mais l'envoi à Las Vegas sans préavis à bord d'un camion réfrigéré. 

 A Las Vegas, Sal Cupertine va laisser son corps et sa personnalité pour devenir David Cohen, le nouveau rabbin de la communauté juive de Las Vegas. 

Après des mois de transformation et de bourrage de crâne, David va parfaitement s’immerger dans la communauté et y fera figure de respect. Mais le nouveau rabbin va apprendre que même la religion peut servir à La famille et ses comparses. 

 Quoi de mieux qu'une entreprise de pompes funèbres, qu'un funérarium et qu'un cimetière juif pour écouler quelques corps un peu trop embarrassants ? 

 Gangsterland a tout pour lui. 

Une histoire originale et très bien écrite, des répliques et des pensées grinçantes à souhaits, un environnement qui a tout pour me plaire... 

Mais ! Mais je n'ai pas réussi à m'imprégner de l'histoire. Tod Goldberg a écrit un roman qui tient parfaitement la route mais les quelques longueurs rencontrées tout au long de ma lecture ne m'ont pas aidées à apprécier complètement ce livre. 

 La narration est faite du point de vue de Sal Cupertine- David Cohen et croyez-moi, ça décape ! Ce n'est certainement pas ses pensées qui m'ont ennuyées. Elles sont savoureuses et je n'en ai pas raté une miette. 

L'agent Jeff Hopper a lui aussi sa part du gâteau et si elle est moins prenante, c'est un atout non négligeable que l'auteur apporte à son livre. 

 Gangsterland entraîne son lecteur dans les sombres affaires de la mafia où l'humour grinçant vient alléger les bains de sang.

Le personnage de Sal Cupertine -David Cohen- tient à merveille ce livre mais malheureusement il n'arrive pas à combler totalement les longueurs qui m'ont empêchées de progresser dans ma lecture comme je l'aurais aimé. 

 Extrait du livre  

"Selon les usages, il valait mieux éviter de tuer un agent du FBI. Mauvais pour les affaires. Alors trois, voire quatre, si le Mexicain en était, lui aussi… On pouvait abattre un flic véreux, ou un conseiller municipal qui s’apprêtait à aller porter plainte pour ne pas payer ses dettes, mais on ne dézinguait pas comme ça un agent fédéral."
 Note de Marine
3

6 commentaires:

  1. Je dois dire que malgré ton avis mitigé, je suis fortement intriguée par le résumé. Du coup, je vais peut-être lui laissser sa chance :)

    RépondreSupprimer
  2. Oh tu as trouvé des longueurs ?

    Je n'ai pas souvenir que ce soit mon cas.

    En tout cas je suis d'accord avec toi, c'est cinglant et bourré de bonnes répliques, on a presque l'impression d'avoir vu un film quand on pose le bouquin !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'étais pas dans de bonnes disposition quand je l'ai lu. Je l'apprécierai peut-être plus maintenant.
      Tu as bien raison, on a l'impression d'avoir vu un film. Il marcherait bien au ciné je pense.

      Supprimer